• La fièvre monte dans les universités lilloises

    Une assemblée générale hier à l'université de Lille 3, une autre ce midi à Lille 1 : étudiants et enseignants se mobilisent de nouveau, cette fois-ci contre la réforme de la formation des enseignants que le gouvernement veut boucler d'ici 15 jours.

    La réforme de la formation des enseignants va-t-elle mettre le feu aux poudres dans les universités ? Peut-être si on en croit l'assemblée générale qui s'est déroulée hier à Lille 3, réunissant étudiants, enseignants-chercheurs et autres personnels, « entre 3 à 400 personnes », note Ugo Bernalicis, de l'UNEF.
    Si la précarité des étudiants a été évoquée (montant des bourses, manque de logements, etc.), c'est bien la réforme de la formation des enseignants, dite masterisation, qui a retenu l'essentiel des débats. Une motion réclamant le retrait du projet (déjà repoussé d'un an par le gouvernement, ndlr), qui prévoit que les futurs enseignants soient recrutés au niveau master 2 (bac + 5), a ainsi été votée en assemblée générale. La réforme prévoit, en outre, que la formation des futurs enseignants incombe aux universités et non plus aux instituts de formation des maîtres (IUFM). Le ministre de l'Éducation nationale, Luc Chatel, a déjà provoqué une levée de boucliers des principaux syndicats enseignants en indiquant notamment que les épreuves d'admissibilité auraient lieu en cours de master 2. Quant aux maquettes des masters, elles devraient être finalisées « d'ici 15 jours », espère le ministre.
    Pour le représentant de l'UNEF à Lille 3, « si un étudiant veut cette année savoir comment faire pour devenir enseignant, je lui souhaite bien du courage. » Sur le fond de la réforme, Ugo Bernalicis estime, lui, qu'il s'agit « d'une régression », comparé au système antérieur.


    L'assemblée s'est terminée sur un ralliement à la grève nationale annoncée dans l'enseignement pour mardi prochain, 24 novembre. L'UNI (droite universitaire) a, elle, regretté la tenue de cette assemblée générale et dit espérer que cela ne soit pas l'amorce « d'un blocage des facultés lilloises. » Un syndicat qui a aussi indiqué avoir dû quitter l'amphi hier à Lille 3, « à cause de jets de différents détritus. »

    Source : http://www.nordeclair.fr/Actualite/2009/11/18/la-fievre-monte-dans-les-universites-lil.shtml


    Tags Tags : , , , ,